Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 16:30

Aujourd’hui j’écoute Emmène-moi, par Allan Théo (je crrraaaqqquuuueee)

 

Bon, je suis désolée pour le gros silence radio de ces derniers jours. En même temps, j’ai de très bonnes explications :

 

  • Vendredi, c’était le Gü-Day

 

GüOu comment devenir « la personne la plus populaire du bureau » ! J’ai gagné un tirage au sort sur le site de la marque de chocolats , et on nous a donc livré une palette entière de crèmes au chocolat, soit 187 boîtes, soit 2 244 petits pots, à consommer avant le 16 Février (aujourd’hui, quoi). J’ai donc été l’héroïne du jour vu que l’ensemble du siège de ma boîte est reparti avec deux voire trois boîtes de Gü sous le bras ! J’ai reçu de nombreuses félicitations, un mec des budgets m’a fait la bise et a demandé qu’on me mette en CDI, mes collègues étaient super fiers, mes chefs morts de rire se sont pris au jeu et ont eux-mêmes assuré la distribution, on m’a envoyé une douzaine de mails de remerciements. Il paraît que même le directeur financier de la boîte a eu sa part. Et ce matin, au bureau, tadam ! Un bon quatre-quarts m’attendait, cuisiné avec amour par une gentille dame de la tréso qui voulait me remercier pour les chocolats ! Incroyable. Trop drôle de vivre cette expérience incongrue en étant stagiaire, mes confrères temporaires tiraient un peu la gueule d’ailleurs, du genre « Mais qu’est ce que tu es allée inventer… Maintenant on passe pour des clowns » ! La journée de vendredi a filé en un éclair, entre poussage de palettes, transport de boîtes et dégustation (est-il besoin de préciser que je n’ai pas bossé une seule seconde ?) Bref, un vendredi assez délirant, qui constituait une belle fin pour cette semaine autrement assez monotone. Notre frigo déborde à présent de crèmes au chocolat, c'est l'enfer, on essaie d'en manger deux par jour depuis vendredi soir mais c'est pas évident. Chacun ses problèmes, je vous l'accorde.

 

  • Le week-end, c’est sacré

 

Vous le savez (ou pas, mais vous l’apprenez), le week-end, pour moi, c’est no blog, no email, no Facebook, no « réseaux et médias sociaux » en résumé. C’est le moment de voir des gens IRL (ou alors plein de films et de séries stupides). Déjà, vendredi soir, belle mise en jambe avec une soirée loose à l’appart avec Coloc. Impossible de me souvenir de ce que l’on a fait d’ailleurs. Rien sans doute. Puis samedi matin, suédois bien sûr. Je progresse ! Enfin, c’est ce que j’aime à penser. Puis retour à l’appart, pour une petite séance de rangement (ah, qu’est ce qu’il est intéressant ce blog). Bon, je saute directement à ma séance de shopping de l’après-midi : l’achat d’un soutien-gorge à bretelles amovibles, pour cause de robe bustier portée le soir même (et parce que ça sert toujours). Je parie que mon lectorat masculin s’est vaguement redressé au mot « soutien-gorge » et que mon lectorat féminin est très intéressé par le pourquoi du comment. Non, parce que je ne sais pas vous, les filles (oui, je sais bien faire le ton de la meilleure copine parfois), mais moi, j’ai toujours beaucoup de mal à acheter un soutien-gorge. Taille, bonnet, forme, maintien, couleur, échancrure : limite j’ai envie d’abandonner et de me promener à poil sous mon T-shirt. Ou alors j’arrive pour acheter un truc beige tout moche qui ne se verra pas sous un haut blanc et je repars avec un truc trop sex noir avec tout un tas de dentelles. Bref, c’est l’horreur. Là, j’avais choisi d’aller aux Galeries parce que leur rayon est bien fourni (pas de jeu de mots) et qu’ils ont des vendeuses. C’est un peu à double tranchant, les vendeuses : soit elles vous aident efficacement en restant discrètes, soit elles vous regardent vous tortiller topless dans la micro cabine en hurlant à leur collègue : « Jeannine, c’est trop petit le dos et trop grand le bonnet ! » (Pour ceux qui trouvent cette phrase mystérieuse : le dos, c’est le tour de dos, soit le chiffre. Le bonnet, c’est la profondeur des bonnets, soit la grosseur proprement dite du sein. Par exemple, les actrices porno qui défient les lois de la nature afficheront plutôt un 85E qu’un 100C. Bref, je m’égare).

 

Bon, il se trouve que là, les vendeuses étaient de la première catégorie. Pour tout vous dire, la dénommée Nicole qui m’a conseillée m’a palpé les seins et le dos une microseconde avant d’annoncer ma taille sans hésitation. Diantre. Devant mon ébahissement, sa collègue m’a chuchoté : « Nicole, c’est la meilleure ». Je l’ai crue sur le champ. Nicole m’a trouvé exactement ce qu’il me fallait, sans trop s’immiscer dans mon intimité (petit moment de gêne tout de même quand elle a répondu à un monsieur qui cherchait le bar des Galeries en laissant la porte de la cabine ouverte). Ca m’a donc pris 20 minutes très exactement pour repartir avec l’objet de ma convoitise, ravie. Ne parlons simplement pas du prix des 2cm carré de tissu, par contre. Merci.

 

LasVegasLe soir, j’ai donc revêtu ma tenue de lumière pour honorer de ma présence la soirée Las Vegas organisée par les 5 B’s, dont ma grande amie Putafranges n°1. Tout le monde était déguisé de diverses façons : en mode Las Vegas Parano, couvert de paillettes, façon casino, en robe longue (moi) façon Céline Dion, en touriste beauf... La boisson nationale, c’était le Cosmo (je vous promets qu’il y avait des mecs, pourtant), et c’était très bon. Moins alcoolisé que le Bloody Mary de la précédente soirée à thème, qui m’avait empêchée de faire quoi que ce soit avant quinze heures le lendemain, donc ce n’était pas plus mal. J’ai papoté avec tout un tas de gens très intéressants, pubeux et créatifs pour la plupart. Faire de la comptabilité, c’est marrant seulement dans un cas : quand ça permet de voir les yeux de son interlocuteur se révulser pendant qu’il essaie désespérément de trouver quelque chose de positif à dire. Vers une heure et demie, j’ai pris mes cliques, mes claques et ma robe qui ramassait la poussière par terre et j’ai regagné mes pénates pour une grosse nuit de sommeil. Merci pour cette soirée Putafranges n°1 ;)

 

  • Le week-end, c’est la glande

 

cougar townBah oui, moi le week-end, je ne fais rien. Ou pas grand-chose. Dimanche, il faisait plutôt beau dehors donc je suis allée faire un petit tour dans le quartier en début d’après-midi (quand je me suis réveillée). Mais sinon j’ai bullé devant une série que je viens de découvrir : Cougar Town, avec l’ex-Friends Courtney Cox. C’est l’histoire d’une mère de famille divorcée un peu dans le même genre que Susan Mayer dans Desperate, vu qu’elle a aussi un adolescent à la maison et qu’elle est aussi très gaffeuse. Mais elle est moins nunuche et donc ne voit aucun problème à sortir avec des hommes (beaucoup) plus jeunes qu’elle, du genre dans la vingtaine (elle a 41 ans dans la série, Courtney 46 dans la vie). C’est assez marrant même si c’est un peu téléphoné. J’ai fini par regarder les deux tiers de la première saison dans la journée, et j’ai terminé hier soir. Un bon dimanche, quoi. Très productif !

 

  • Lundi, c’est crise existentielle

 

Bah oui, parce que tous les matins, je fais un tour de l’actualité, d’un certain nombre de blogs (une bonne vingtaine) que je suis régulièrement, de Facebook et de ma boîte mail bien sûr, et je lance généralement une recherche Google sur un sujet un peu aléatoire, pour me « cultiver » un peu. Tout ce processus me prend généralement une bonne heure. Mais hier, le piège : je me suis enfin décidée à lire sérieusement deux blogs qui m’avaient l’air très bien, et effectivement je n’ai pas arrêté de la journée. Sérieusement, j’ai alterné entre Girls and Geeks et BienBienBien de 10h30 à 18 heures. C’était trop distrayant ! Du coup, grosse remise en question : la seule vocation (et encore, c’est un grand mot) de ce blog est de distraire les gens qui s’ennuient (au bureau, dans les transports, aux repas de famille…) Mais il y a plein de sites qui font ça mieux que moi, et de façon beaucoup plus pointue et informée ! A quoi bon ? , me suis-je donc dit lundi. Et puis finalement, je me dis aujourd’hui : on verra bien, j’aime essayer d’apporter ma petite pierre au grand édifice des blogs « intéressants » et comme le dit si bien Coloc, « impossible que tu arrêtes, c’est le seul blog qui parle de moi ». Un point pour Coloc. I will go on, donc.

 

Bon, I will go on mais avec de « vrais » sujets autres que mon week-end, promis. Demain au plus tard, ce soir au plus tôt.

 

Happy Tuesday !

Partager cet article

Repost 0
Published by Miss Malice - dans Ma vie
commenter cet article

commentaires

britsh 17/02/2010 10:19


c'était un plaisir de te lire pendant on va dire 2 semaines, mais c'est vrai que les 2 autres blogs sont mieux...
adieu


Coloc 17/02/2010 09:15


Vendredi soirée looooooose???????????????????????????????
Vendredi soirée 90s revival!!!!!!! Alan Théo, Ménélik, Willy Denzey, Alliage, Sandy Valentino, Faudel... Tout ça quoi!!!!
Can't wait de découvrir Cougar Town en tout cas, ça a l'air sympathique!! ;-)
Kepp writing Koloc!!


Miss Malice 17/02/2010 10:52


Ah oui, voilà ce qu'on a fait! Impossible de m'en souvenir, alors que tu as raison, c'était vraiment une super bonne soirée... A quand le duo sur "My heart goes boom"? Merci coloc!


Présentation

  • : Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • : Parce que l'ennui, vous connaissez, et que vous voulez un moyen de lutter. Parce que je ne vous laisserai pas tomber! Parce qu'avec un peu de chance, vous esquisserez un demi-sourire en parcourant ce blog. Parce que moi aussi ça m'occupe de l'écrire... Pourquoi pas?
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories