Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 09:40

Des samedi soir comme hier soir, il en faudrait plus souvent… On a testé un petit restaurant taiwanais avec deux copines à franges, du côté du métro Pyramides/ 4 Septembre. Petit, c’est un euphémisme : en tout et pour tout, Zen Zoo c’est dix petites tables, un grand comptoir et une odeur délicieuse qui nous a immédiatement donné faim, même s’il était encore tôt. Le samedi soir, on ne peut réserver qu’à partir de 6 personnes, alors la personne que j’avais eue au téléphone m’avait conseillé de venir vers 19 heures. Nous étions devant la porte à 19h10 et heureusement, parce qu’à 19h15 le restaurant était plein. Et c’était tout simplement une tuerie : un plat de base (crevettes piquantes, porc caramel, bœuf aux épices, poulet sauté aux 3 parfums…) avec deux accompagnements : une soupe poulet/crabe relevée à la perfection, et une petite salade concombre/poivrons/moutarde ? Parfois, on commande un peu au hasard, et cela participe au charme de la soirée.

 Zen Zoo 1

 

La carte des thés, par exemple, est impressionnante et nous nous sommes lancées un peu au hasard sur des thés Zoo citron vert ou fruit de la passion. Ces thés glacés étaient tellement bons que nous avons immédiatement regretté de ne pas avoir pris des « grand format » plutôt que des petits. Au fond de la tasse transparente, il y a un amas de petites boules noires qui ont l’aspect et le goût de Dragibus détrempés : des billes de tapioca, nous a expliqué la serveuse. Surprenant, mais dans le bon sens du terme. Au début, on était parti pour prendre un dessert, mais le plat+2 accompagnements s’est révélé suffisant. Du coup, repues et trop contentes de notre trouvaille, on s’est juré d’y retourner, mais à l’espace salon de thé, pour pouvoir prendre un thé « grand format » et goûter un des desserts aux couleurs de dessin animé : vert vif (au thé vert), rouge (comme la pâte de haricot rouge)…


Zen Zoo 2
 
C’était soir de match, alors les grands boulevards étaient très animés, avec même un petit fumigène au feu rouge. On s’est posé à un petit bar/restaurant où on a un peu nos habitudes quand on veut prendre un verre après le boulot : Le Cardinal, à Richelieu Drouot. L’Happy Hour dure jusqu’à 22 heures et les cocktails à 5 euros sont très honnêtes. Mon Silver Cosmo (vodka, triple sec, citrons verts et Red Bull) était très réussi. C’était vraiment agréable de se faire une petite soirée filles, d’évoquer toutes sortes de sujets en pouffant de rire sans raison, de se charrier gentiment sur les soirées et vacances passées ensemble. Mes deux Putafranges sont happily in a relationship, mais ça ne les empêche pas d’être marrantes, c’est important de rappeler que ça existe des filles comme ça. Au fait, on a gagné 1-0 hier. C’est l’effet Red Bull, ça.

Repost 0
Published by Miss Malice - dans Going out
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 16:40

Hmm, le samedi matin… La grasse matinée, le réveil en douceur, le petit déj au lit… Oui, enfin pas pour moi depuis septembre. J’ai eu la bonne idée de m’inscrire à des cours de suédois… Trois heures de cours chaque samedi matin, ça calme. Heureusement, l’Institut Suédois se situe dans un magnifique hôtel particulier du Marais, Anna la prof est adorable et les autres élèves (12 débutants comme moi) sont très sympas. Du coup ça va, j’arrive à me sortir du lit pour apprendre une langue étrange qui ne sert à rien. Quand on aime, on réfléchit différemment.

 

Hier, j’avais un dîner avec des amis de prépa, que j’ai connu il y a quatre ans. Nous avons dîné Au Bec fin alias Chez Said, un petit restaurant berbère de la rue Faubourg Saint Martin qui sert, d’après mon ami Mathias, « le meilleur couscous de Paris ». Je n’ai pas assez de points de comparaison pour lui décerner la palme, mais c’était vraiment délicieux, il ne manquait rien : ni la semoule parfumée, ni la marmite de légumes aux épices, ni les viandes cuites à point ou l’huile d’olive pour « rehausser les saveurs ». La décoration dans les tons orientaux a achevé de nous séduire. Notre petit groupe un temps ressoudé s’est à nouveau séparé devant le restaurant, vers une heure du matin, entre fêtards qui comptaient bien profiter de leur soirée et couche-tôts, comme moi ! On a promis de se revoir très vite, j’y compte bien.

 

En revenant de mon cours j’ai fait un arrêt au Virgin des Grands Boulevards pour m’acheter un cahier de suédois. Pour l’instant, j’utilise un vieux cahier de brouillon à petits carreaux que j’ai consciencieusement gribouillé. J’adore le rayon papeterie du Virgin, j’y suis restée une bonne demi-heure. Des carnets à grosses lignes format livre de poche m’ont longtemps fait hésiter ; ils étaient recouverts d’images vintages de Paris, de devantures de boutiques, de publicités d’époque et l’un d’eux affichait sur sa couverture : Journal. Ce mot de journal, il est un peu magique pour moi, qui en ai tenu un de la sixième à la première et qui garde une grande affection pour ce confident muet. Bon, il était à quatorze euros, et surtout je n’étais même pas venue pour acheter un journal !, alors ça ne sera pas pour ce mois-ci. Par contre, mon « cahier des idées folles et saugrenues » ne m’a coûté que 5 euros et il est parfait pour accueillir mes envolées nordiques.


La Marelle en papier
 

En cherchant une image de lui sur Internet pour vous le montrer, je suis tombée sur le site La Marelle en Papier, et je l’ai mis direct dans mes favoris. Plein de sacs, d’articles de papeterie, de boîtes ou de petits objets illustrés de ces étranges dessins que je trouve envoûtants et poétiques, le tout à des prix plutôt raisonnables. La prochaine fois que je fête l’anniversaire d’une copine ou pour Noël, je crois que j’irais faire un tour sur ce site. Les frais de port sont certes de 7 euros, mais ça peut valoir le coup. Impossible pour moi de résister aux cahiers et carnets neufs, tout comme aux livres. Au Virgin, j’ai aussi acheté un livre, Les films de science-fiction, de Michel Chion. J’en ai lu un quart et jusque là c’est vraiment intéressant. Que voulez-vous, je pense qu’ il est temps pour moi d’assumer mon côté geek, mieux vaut tard que jamais !

Repost 0
Published by Miss Malice - dans Ma vie
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:21

Aujourd’hui, c’est la Journée de la Gentillesse en France. Elle est lancée par Métro (le magazine gratuit) et Psychologies (le magazine payant). Autant dire que je me refuse par principe à faire des efforts supplémentaires aujourd’hui. Je serai simplement extrêmement gentille, comme d’habitude.


Hier, je devais aller à mon premier afterwork, chez Régine en plus, mousseux et pizza à volonté pour 15 euros mais… Mais juste un gros ras-le-bol et envie de rentrer chez moi. Travailler sur un pc toute la journée, ça me détruit les yeux et me donne de sacrées migraines. Bon, ce n’est que partie remise. J’avais même mis une robe avec des vrais collants (et non des leggings) pour une fois ! J’ai cru mourir sur le trajet jusqu’au métro en sortant du boulot, ça m’apprendra à faire la belle dans l’open space, j’espère que je ne vais pas chopper la grippe H1N1 !

Par contre, ce matin, comme il me semblait faire un peu plus doux qu'en début de semaine, j’ai failli ressortir mon trench beige du placard où il a été remisé le 1er Octobre (ben oui, au début de l’automne, c’est blouson en cuir ou manteau. Surtout manteau quand même, je suis frileuse). C’est à cause de Scott Schuman alias The Sartorialist que j’ai ces envies de trench incongrues. Ce blogueur ultramodeux, « désigné comme l’une des 100 personnalités les plus influentes de la Mode par le Times » (c’est en première page de son site, rien de mieux que l’autopromo), poste chaque jour des photos de looks croisés à New York, Paris, Milan… qui lui ont plu ou l’ont marqué. Récemment, il a travaillé sur un projet avec la marque Burberry : shooter 100 personnes portant un trench ou un manteau Burberry (de façon stylée si possible). Le résultat, c’est 100 photos de vrais gens dans la rue qui ont du style en trench, qu’ils soient punk, rock, BCBG, lolita ou même non identifiés. Jugez plutôt, voici deux exemples:

The Sartorialist 1  The Sartorialist 2

Vraiment intéressant, ce blog ; même quand on ne s’y connaît pas plus que ça en mode (comme votre serviteuse), c’est amusant de voir des gens « normaux » transformés par l’œil du Sartorialist en fashion models. Et si vous rêvez de vous faire prendre en photo par le maître, suivez le guide !

Oh snap

Pour la petite histoire, le Sartorialist a une copine (eh oui, personne n’est parfait). C’est une bloggeuse comme lui, et c’est une Française ! Elle s’appelle Garance Doré, et son blog sobrement intitulé Une fille comme moi est, contre toute attente, vraiment bien aussi. Pas du tout prétentieux même si complètement mode. Bon, allez, je crois qu’il n’y a qu’une chose à faire : souhaiter beaucoup de bonheur à ces deux beautiful tourtereaux. Mais c’est bien parce que c’est la journée de la gentillesse, hein.

 

 

Repost 0
Published by Miss Malice - dans News of the world
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 14:20
Ce matin, en faisant mon petit tour quotidien sur Libé pour me "tenir au courant des actualités" (=ne pas passer pour une dinde le midi à table avec les collègues), je suis tombée sur ce lien: 1 000 awesome things, Mille trucs super.

Le concept est très simple: chaque jour, on a droit à un petit bonheur de la vie, un instant qui semble anodin mais qui, en y repensant, fait bel et bien partie du très fermé Club des Mini Miracles de la Vie.

Celui d'aujourd'hui, par exemple, c'est : Lorsque ton nez coule et que quelqu'un te tend un mouchoir. Ah, effectivement, le souvenir de certains moments de solitude et ensuite de gratitude immense me revient... Aujourd'hui, on en est au "truc super" n°636; ils vont dans l'ordre décroissant, et le premier, c'était le n°1000, ça parlait de Broccoflower (le Brocochou, ou comment un épicier s'est trompé en mettant l'étiquette pour des choux de Bruxelles... Bon c'est pas bien traduisible comme blague... Et on n'a pas dit que les bonheurs devaient être vraiment géniaux à chaque fois!)

On peut ainsi commenter chaque petit bonheur en attendant le n°1. J'en ai déjà trouvé deux que je trouve particulièrement attachants: Les gens très très grands. Bon, il se trouve que je mesure presque 1m80, alors les problèmes des grands (et notamment des grandEs), ça me connaît. Alors que quelqu'un "respecte" les gens grands et "les trouve cool", ça fait au chaud au coeur pour moi et mes semblables. Et Cet assortiment de bières diverses et variées que tu retrouves dans ton frigo le lendemain d'une soirée. Ca peut être autre chose que des bières, d'ailleurs, du TGV par exemple (Tequila Gin Vodka). Et non, je ne suis pas une pochtrone! C'est juste que j'ai vécu un an en coloc l'an dernier avec quatre filles dans un appart génial à Lille qui finissait par accueillir pas mal de soirées. Du coup, le seul truc qu'on était à peu près sûr de trouver chez nous, c'était de l'alcool. Plus de pain, plus de Coca Zéro, plus de papier toilettes, mais toujours une bonne bouteille de Malibu (entamée bien sûr) ou de Despé pour oublier tout ça. Ah la la, nostalgie, quand tu nous tiens...

Ce qui est sympa, pour contrebalancer toute cette avalanche de petits miracles quotidiens (faudrait pas que ce soit toxique, tout ce bonheur), c'est de lire Vie de Merde.fr, pour ne pas oublier que
les grands foirages peuvent aussi avoir lieu tous les jours.

Repost 0
Published by Miss Malice - dans L'outil l'Internet
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 14:05

Le 11 Novembre, le bonheur… Vive l’armistice de 1918, rétrospectivement merci de vous être mis d’accord ce jour-là les amis, car il tombe à pic au milieu de la semaine, la première année où je travaille et ne suis plus étudiante… Le matin, on peut se lever à 10 heures sans complexes et passer la journée en pyjama! J’ai pu rattraper mon retard sur les séries que je suis : The Big Bang Theory, tellement drôle ! Des geeks qui font rire et qui sont attachants, ce n’était pas forcément gagné, et là, tadam ! C’est vraiment réussi. En plus, je vous confie un petit secret : les geeks, c’est un peu mon point faible. J’en suis une moi-même à certains égards, et un mec qui parle klingon ou qui joue huit heures de suite à WoW… Non seulement ça ne m’effraie pas, mais il arrive que ça me plaise… Bon, rassurez-vous, aucun des 4 héros de la série ne me donne des frissons partout, excepté aux zygomatiques !

Sinon j’ai pratiquement terminé la saison 1 de True Blood, cette histoire de vampires qui se déroule en Louisiane. A voir si vous ne faîtes pas encore une indigestion de vampires –dois-je rappeler que le tome 2 de Twilight adapté au cinéma sort le 18 Novembre ?-, si les scènes de sexe un peu crues ne vous font pas peur –les adeptes de Sex and the City seront en terrain connu- et si vous aimez les blondes –l’héroïne, Sookie, est l’archétype de la blonde innocente (pensez, encore vierge à 23 ans ! Bon, il faut dire qu’elle peut lire les pensées des autres, ce qui ne met pas forcément en confiance…) Et même si vous n’êtes sensibles à aucune des raisons ci-dessus, le générique d’ouverture est à voir, pour la chanson Bad things, de Jace Everett… De la country rêche et sexy, à vous donner un vrai coup de sang…

 

 


Sinon, j’ai découvert un groupe qui fait chaud au cœur sur Facebook : On a toutes un Mister Big dans notre vie.

Sur le wall, les filles débattent de l’irruption et de la disparition dans leur vie de leur emmerdeur préféré, demandent des conseils et annoncent fièrement comment elles ont réussi à s’en débarrasser. Elles racontent aussi qu'elles mettent une demi-heure à répondre 3 lignes à ses mails, pour ensuite avoir une réponse dix jours plus tard. Qu'elles prennent une demi-journée de RTT pour se préparer pour une soirée, juste parce qu'il se pourrait qu'il soit là. Qu'elles n'arrivent jamais à lui en vouloir. Qu'elles se sont résignées à l'attendre. Mais il ne marche pas comme ça, Mister Big. Il est toujours où on ne l’attend pas. Alors mieux vaut essayer de ne plus l’attendre, dans l’espoir de le croiser quand même.

Repost 0
Published by Miss Malice - dans TV guide
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 13:56

Une de mes grandes motivations pour faire du sport, c’est la perspective de l’après exercice physique. Je fais du volley le lundi soir, 2 heures en « adultes loisirs », l’ambiance est conviviale mais appliquée. Un quart d’heure avant la fin, je sens une grande joie commencer à m’envahir. Bientôt je serai libre ! 21h30 : je me précipite dehors, le pas léger malgré l’épuisement : j’ai rempli une de mes missions de la semaine, je suis allée au volley, c’est derrière moi ! Arrivée à la maison, je me jette avec délice sous la douche, sens les muscles rouler sous mes doigts et se détendre, hmm. Le genre de douche qu’on a l’impression de mériter et qui fait doublement du bien.

Arrive la question du dîner, et là il se passe quelque chose d’encore plus appréciable : parfois, je n’ai pas faim. Mais alors pas du tout. Peut-être parce que j’ai vaguement mal aux abdos, parce que je n’ai envie que d’une chose, me coucher, mais en tous cas je regarde sans broncher l’intérieur de mon frigo et vais me pelotonner dans ma couette, suprêmement au-dessus des basses exigences de mon corps. Moi, j’ai toujours faim d’habitude. En tous cas, je ne résiste presque jamais à la nourriture. Mais là, sans me forcer, je bats mon instinct de bouffe-tout et je me couche l’esprit tranquille, doublement fière de moi : volley+dîner (très) light, applaudissements s’il vous plaît.

Bon, il arrive aussi que souvent parfois, j’ai au contraire une faim de loup après le sport, que je décide de faire une bonne quiche lorraine en arrivant, que je tourne en rond en attendant qu’elle cuise, que je me crame les doigts en la sortant du four et que je me brûle la bouche en me jetant dessus aussitôt. Et qu’ensuite, l’estomac repu, j’aille me coucher tout aussi satisfaite que quand je ne dîne pas, en me disant : « T’inquiète pas pour la quiche, tu as fait du sport après tout ! »

Moralité : séance de sport, moi toujours contente au moment d’aller me coucher.

Repost 0
Published by Miss Malice - dans Ma vie
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 15:04

Dimanche après-midi, 15h25 au Gaumont Opéra : la salle est pleine à la séance d’Away We Go, le nouveau film de Sam Mendès, le réalisateur d’American Beauty et, plus récemment, des Noces Rebelles. J’ai beaucoup aimé American Beauty, je l’ai même en DVD, mais, honte à moi, je n’ai pas vu les Noces Rebelles (une copine célibataire ayant qualifié ça de « déprimant quand tu n’es pas en couple », j’avais préféré m’en passer). Aujourd’hui, toujours pas en couple mais accompagnée par ma chère coloc, je tente Away we go, ou l’histoire d’un jeune couple un peu atypique (lui travaille dans les assurances, elle est dessinatrice « de cadavres », ils vivent dans une cabane au fond des bois aux Etats-Unis) qui ont mis un bébé en route et qui se posent des questions. Un peu par hasard, et beaucoup pour calmer leurs angoisses sur le fait d’être parents, ils entament un « circuit » qui leur permet de rendre visite à leurs parents, à des cousins éloignés, à des amis d’enfance… et de se confronter à différents modèles familiaux. Pour se rendre compte, au final, qu’il n’y a pas de recette miracle en la matière, et qu’il est plus facile de savoir ce que l’on ne veut pas reproduire chez soi que ce que l’on veut vraiment pour sa famille !

On retrouve dans Away we Go le mordant et l’humour d’American Beauty, ce qui fait de ce film une vraie comédie (salle hilare à plusieurs reprises !) Mais les réflexions subtiles sur le couple et la famille sont pertinentes et jamais moralisatrices. Les acteurs sont vraiment excellents, notamment la palette de seconds rôles, impressionnants : Maggie Gyllenhaal en hippie extrémiste, Allison Janney (Juno) en mère indigne grande gueule… L’acteur principal, John Krasinski, joue dans la série The Office version américaine. Pour ma part, je ne connaissais pas Maya Rudolph, l’héroïne principale, mais elle est très bien dans ce rôle. Bref, un bon film décalé, drôle et intelligent, un bonheur !

Away we go 1  Away we go 2

Repost 0
Published by Miss Malice - dans Cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • : Parce que l'ennui, vous connaissez, et que vous voulez un moyen de lutter. Parce que je ne vous laisserai pas tomber! Parce qu'avec un peu de chance, vous esquisserez un demi-sourire en parcourant ce blog. Parce que moi aussi ça m'occupe de l'écrire... Pourquoi pas?
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories