Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:54

Aujourd’hui j’écoute Il fait trop beau pour travailler, par les Parisiennes

 

Hello à tous ! Désolée pour ce silence de deux gros jours (ou trois ?), la conso a de nouveau eu raison de moi. Mais le gros point positif, c’est que j’ai un nouveau stage ! Youpi ! Je vais travailler en marketing sur des DVDs, bref exactement ce que je voulais. A nous deux, Paris (et Powerpoint !)

 

Bon, à part ça j’ai pas mal de choses à vous raconter. Commençons par le pas très gai : aujourd’hui, JD Salinger est mort. Cet auteur américain a écrit plusieurs nouvelles ou mini romans très réussis comme Franny et Zoey, et il a surtout écrit l’Attrape Cœurs (The Catcher in the Rye), sorti en 1951, qu’on cite souvent comme LE roman sur le mal-être adolescent. Quand je l’ai lu, j’avais quinze ans, ça aide forcément. Et pourtant, je n’ai pas plus accroché que ça la première fois. C’est quand je l’ai relu, vers 18 ans, que je suis tombée sous le charme de l’histoire d’Holden Caufield. Cet anti-héros fait partie de la jeunesse dorée américaine, en ayant toujours le sentiment d’être différent des autres. Il se fait virer de son internat privé et s’enfuit donc à New-York sans en dire un mot à ses parents. Il a de l’argent sur lui et passe donc quelques jours à errer sans but dans la ville, allant de rencontres en rencontres, s’essayant à traîner dans des bars et visitant des musées. Bref, il est paumé. Il y a beaucoup d’interprétations possibles du personnage d’Holden et de ses doutes ; celle que j’ai retrouvée le plus souvent est qu’il ne veut pas grandir, qu’il est angoissé à l’idée de devenir adulte. L’éternel ado, quoi. Mon interprétation personnelle, c’est qu’Holden a déjà grandi. Il a déjà compris pas mal de trucs, enfin ce qu’on comprend quand on « devient adulte » : que les rêves d’ados, c’est bien beau mais qu’il vaut mieux les remiser un peu au placard, ou du moins les adapter à la réalité. Que les gens se ressemblent beaucoup, finalement, dans ce qui les meut. Qu’il y a quelque chose d’artificiel et de codé dans la plupart des rapports humains, et que c’est normal, c’est ce que l’on appelle « vivre en société ». Que soi-même, parfois, on n’est pas très glorieux, assez trivial, un peu superficiel. Qu’on est comme les autres, en fait, tout en se sentant profondément différent. Tout le paradoxe de l’être humain, qui est un individu au sein d’une espèce…

 

Bon, là, je m’emporte. Voilà mon interprétation de la fugue et de l’état d’esprit d’Holden, qui apparaît donc forcément désabusé, cynique, indifférent. Mais aussi profondément empathique, doux, animé d’aucune haine ou mépris envers les autres. Il est perdu, mais pas révolté, déjà résigné. C’est ce qui me fait dire qu’il a déjà grandi, et qu’il ressent simplement le vide vertigineux que peut représenter une vie d’humain « raisonnable » qui s’étend devant nous. C’est pour ça qu’à 18 ans, je me suis sentie très proche de lui, parce que j’ai ressenti la même chose. Cela me rappelle un obscur film que j’avais vu sur Canal il y a quelques années : The Good Girl, avec Jennifer Aniston. Ce film sorti en 2003 raconte l’histoire de Justine, une jeune femme mariée et travaillant comme vendeuse dans une épicerie. Elle aussi a l’impression que sa vie ne va nulle part. Puis elle rencontre Holden Worther, interprété par Jake Gyllenhaal, qui est engagé là où elle travaille. Il s’est lui-même donné le prénom d’Holden en hommage au héros de l’Attrape-Cœurs. Il semble poursuivi par les mêmes questions existentielles, mais lui est angoissé, animé d’un esprit de lutte, il veut s’en sortir, il veut y croire, alors qu’elle est résignée, indifférente. Il la sort un peu de sa torpeur. Mais quand il lui propose de rompre réellement avec sa vie morose en s’enfuyant avec lui, elle prend peur et va tout faire pour le faire disparaître de son univers… Ce film m’a laissé un souvenir étrange, triste et apathique. Le rythme est lent, malgré les enjeux de l’histoire. Mais c’est plutôt à-propos, ça retranscrit bien le profond ennui et désespoir de l’héroïne. Bref, c’est un peu un écho du livre de Salinger.

 

Voilà donc, tout ça pour vous dire que JD est mort et que je me sens bêtement triste. Il n’avait rien publié depuis la fin des années 1960, et vivait en reclus depuis la même époque, refusant interviews, courrier d’admirateurs, et même publication de nouveaux textes ou adaptation de ses écrits au cinéma. A 91 ans, sa mort n’a rien de tragique. So long, Salinger.

 

Je pense que je vais arrêter ce post ici, je me suis étalée encore et toujours sur un sujet en particulier ! Je vais essayer de trouver un autre moment dans la journée pour vous faire part de nouvelles merveilles du Web et de mes dernières expériences cinématographiques. Have a nice day en attendant ;)

Repost 0
Published by Miss Malice - dans News of the world
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 10:31

BONNE ANNEE ! BONNE SANTE ! JOIE, BONHEUR, ET TOUT LE RESTE !

 

Ok, ok, je suis atrocement en retard. Cela ne m’empêche pas d’être sincère ! Mais il y a une bonne raison à ça :

 

  • Pendant les vacances, j’étais en désintox d’Internet. C’était devenu nécessaire. Au bureau, je passe 7 heures par jour devant un PC, en étant connectée en permanence au web, en checkant Facebook toutes les dix minutes et en envoyant trente mails par heure (en moyenne). Bon, ok, je noircis peut-être le tableau, mais pendant mes 10 jours de vacances, je me suis employée à marcher dans la campagne, à parler à de vrais gens (ma famille), à lire, à partager de bons repas autour d’une table, bref, à mener une vie saine et calme !
  • Et hier, c’était la rentrée au boulot ! Youhou ! C’était quand même sympa de revoir tout le monde, plus un nouveau stagiaire (mon remplaçant ! Le temps passe assez vite, finalement). Par contre, j’avais oublié tous ces trucs que j’avais laissés en chantier avant de partir en vacances, donc tout m’est retombé dessus… Dur !


Equilibre monde
Bon, voilà, j’ai fait ma Calimera, mais au moins vous savez TOUT ! Le gros point positif, c’est que j’ai eu plein de beaux cadeaux à Noël et que je viens de terminer deux livres géniaux. Le premier, c’est L’équilibre du monde, de Rohinton Mistry. Cet auteur indien raconte les aventures de quatre personnages principaux et d’une foule d’autres dans un roman foisonnant qui se déroule dans l’Inde d’Indira Gandhi (de 1966 à 1984). C’est une fresque vraiment très réussie ; les romans « choraux » multi personnages, ce n’est pas mon truc d’habitude, mais là je suis rentrée tout de suite dedans et je n’arrivais pas à le lâcher ! En plus de héros attachants, la peinture d’une Inde multiple et en plein changement est brillante. Par contre, sortez vos mouchoirs, ce n’est pas toujours gai… Mais vous raterez à coup sûr votre arrêt de métro, plongé dans les mille pages de ce bouquin !

 


Mon deuxième coup de cœur, c’est Saya, de Richard Colasse. Qui es-tu Richard ? Eh bien, Richard Colasse, c’est tout simplement le PDG de Chanel au Japon. Autant dire qu’il a plutôt bien réussi, le Monsieur. Il a 56 ans et c’est un de mes nouvelles idoles. Parce qu’il a réussi une carrière de rêve pour tout étudiant d’école de commerce qui se respecte : le luxe ne m’attire pas particulièrement, mais PDG au niveau pays d’une entreprise aussi importante, c’est déjà très fort. En plus, il vit au Japon depuis plus de 30 ans et parle parfaitement japonais. Impressionnant, de se construire ainsi une deuxième maison, une deuxième terre d’accueil. Encore mieux, le Japon me fait rêver personnellement, et j’ai moi aussi des velléités d’écrire. Et, cerise sur le gâteau : ce monsieur est écrivain, de talent, et sur le tard. Il a publié son premier roman, La Trace, en 2007. Ce livre sur lequel je suis tombée par hasard en librairie et que j’ai acheté car j’étais curieuse de savoir si un PDG allait être capable d’aligner trois mots de bon et joli français m’a bouleversé. Je l’ai trouvé magnifique, raffiné mais jamais guindé, puissant et désinvolte à la fois. Du coup, je me suis précipitée sur Saya, son deuxième roman. Dans le premier, Richard Colasse nous mettait dans la peau d’un jeune Français qui découvre le Japon et l’amour (oui, à dire comme ça, c’est cliché…). Dans le deuxième, il s’agit d’un Japonais, cadre dans une grande entreprise qui ressemble beaucoup à Chanel, qui entame une liaison avec une lycéenne très mûre pour son âge, pendant que sa femme dépérit en silence. Magistral.


la-trace.jpg  saya
 

Voilà, c’était le post littérature de la semaine. Et tant qu’on parle de PDG et de maîtres du monde, voici un petit bonus que ne reniera pas Nicolas Sarkozy : le splendide blog Sad Guys on Trading Floors, ou Des Traders Tristes. Pas facile, la finance. Courage les mecs, on est avec vous !

Repost 0
Published by Miss Malice - dans News of the world
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 10:09

En premier lieu, je tenais à adresser un salut enthousiaste et plein de gratitude à Frérot, qui n’est pas mon vrai frère de sang mais mon « frère » d’association du temps où je faisais partie d’une asso étudiante et où j’étais une djeuns qui glandait. Merci Frérot, pour ces pâtes divines que tu as cuisinées avec amour hier soir, merci pour cette sauce de folie dont il faut absolument que tu me transmettes la recette (que je la mette sur mon blog pour tous vous en faire profiter !) Du mascarpone, des oignons, de l’origan, des tomates, de l’huile d’olive, du pesto rosso… J’oublie quelque chose ? En tous cas c’était un délice, surtout accompagné d’un peu de Chardonnay. Par contre, je suis toujours aussi nulle au blind test, promis, je m’entraîne !


En attendant cette recette magique en direct d'Italie, ouvrez grand vos écoutilles, amis lecteurs, car aujourd’hui c’est un post extrêmement informatif. Que se passe-t-il dans le vaste monde IRL (in real life) ? Miss Malice vous aide à rester à la pointe de l’information, de manière ludique bien sûr !

 

Woody Allen va faire un film avec Carla Bruni !

 

Eh oui, la première dame de France a reçu une proposition de la part du scénariste le plus névrosé d’Hollywood, et a accepté de tourner avec lui. Elle a révélé l’info sur le plateau du Grand Journal, sur Canal+, le 23 Novembre. Oh joie ! Même si « elle n’est pas actrice », elle « ne peut pas, dans sa vie, louper une occasion comme ça ». Très bien, mais pour quel rôle ? Sans doute pas du même genre que celui de Scarlett Johansson dans Match Point… Phrase culte de son passage au Grand Journal : « Je fais tout un peu à l’aveugle sinon je ne ferais rien ». Si elle parle de son mariage, je comprends mieux : elle n’a pas dû voir qu’il portait des talonnettes !



Pourvu que ce ne soit pas un remake du « Monstre des Profondeurs ».
 

Johnny Hallyday va tourner dans un film de Tarantino !

 

« Quentin Tarantino est en train d’écrire un scénario pour moi, mais je ne l’ai pas encore lu », a révélé mercredi Johnny à Aujourd’hui en France/Le Parisien. Il a aussi parlé d’une rencontre entre les frères Coen (O Brother, No country for Old men) et son agent. L’idole des Français va-t-il s’exporter sur le tard ? Le truc, c’est qu’il se fait opérer aujourd’hui à cause d’une hernie discale. Papy Johnny n’est plus tout jeune (66 ans), mais ses deux petites filles ont l’air de lui donner une seconde jeunesse.



What, my face ? What’s the problem with my face ?

Faute de zèbres, on peint des ânes

 

Pour la ménagerie Marahland, dans la bande de Gaza, les temps sont durs. Alors, pour attirer de nouveaux visiteurs, Mahmoud Barghout, le fils du propriétaire, a eu une idée : peindre deux ânes en zèbres. « Deux ânes blancs, et de la teinture française, c’est la meilleure ». Même s’il a ainsi crée un petit évènement, les affaires ne vont pas très bien. Que deviennent les animaux des zoos en zone de guerre ? Vous trouverez l’intégralité de l’article de Libé ici.

 

Je suis surprise par le résultat: ça marche vraiment, la technique de la teinture! Méfiance dans tous les zoos à zèbres, donc.

 

Le Masturbe-a-thon, où il n’est absolument pas question de poisson

 

Le Masturbe-a-thon, c’est un « marathon de la masturbation » qui a lieu annuellement et qui vise à établir des records d’endurance, de fréquence… dans l’orgasme. En 2008, il avait lieu à Copenhague, et le record du monde du nombre d’orgasmes à la suite chez une femme a été établi à… 222 ! Ouch. Le premier prix de la catégorie endurance est quant à lui allé à une femme qui s’est masturbée sans interruption pendant cinq heures et quatre minutes. Plus d’infos sur ce drôle de concours crée en 1995 ici.

 

23 ans de coma « conscient »

 

Attention, cette histoire fait froid dans le dos. Un homme a été victime d’un accident de la route en 1983, et son état a été diagnostiqué à l’hôpital de Liège comme « coma végétatif », ce que l’on appelle communément « légume ». Il y a trois ans, des examens médicaux ont révélé qu’en réalité, son cerveau était intact. A présent que l’homme communique par clavier interposé et lit sur un écran, il peut raconter son étrange enfermement à l’intérieur de lui-même. Là encore, je vous renvoie vers l’article de Libération qui en parle. C’est impossible de concevoir la souffrance et la frustration de cet être pensant privé de tout moyen de communication. Cela rappelle le magnifique libre de Jean-Dominique Bauby, Le Scaphandre et le Papillon, où ce journaliste victime d’un accident cardiovasculaire raconte son locked-in syndrom grâce à l’unique façon qu’il a de communiquer : des clignements de paupières. Cette découverte pose aussi la question du diagnostic des comas et du « débranchement » des patients : les légumes sont-ils toujours réellement des légumes ? Les familles ont-elles raison de parfois refuser de « débrancher » leur proche, même vingt ou trente ans après les faits ? Difficile de trancher.

 

Et comme je vais à Londres ce week-end rendre visite à mon amie de prépa Smilo, que je n’ai pas vu depuis plusieurs mois, aujourd'hui il y a deux mises à jour. Vous avez bien lu: deux. C'est quand même sympa d'être stagiaire et d'avoir du temps libre au boulot... Je vous raconterai tout (ou presque) lundi à propos de mon séjour londonien, promis. Et bon week-end de Thanksgiving !

Repost 0
Published by Miss Malice - dans News of the world
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:21

Aujourd’hui, c’est la Journée de la Gentillesse en France. Elle est lancée par Métro (le magazine gratuit) et Psychologies (le magazine payant). Autant dire que je me refuse par principe à faire des efforts supplémentaires aujourd’hui. Je serai simplement extrêmement gentille, comme d’habitude.


Hier, je devais aller à mon premier afterwork, chez Régine en plus, mousseux et pizza à volonté pour 15 euros mais… Mais juste un gros ras-le-bol et envie de rentrer chez moi. Travailler sur un pc toute la journée, ça me détruit les yeux et me donne de sacrées migraines. Bon, ce n’est que partie remise. J’avais même mis une robe avec des vrais collants (et non des leggings) pour une fois ! J’ai cru mourir sur le trajet jusqu’au métro en sortant du boulot, ça m’apprendra à faire la belle dans l’open space, j’espère que je ne vais pas chopper la grippe H1N1 !

Par contre, ce matin, comme il me semblait faire un peu plus doux qu'en début de semaine, j’ai failli ressortir mon trench beige du placard où il a été remisé le 1er Octobre (ben oui, au début de l’automne, c’est blouson en cuir ou manteau. Surtout manteau quand même, je suis frileuse). C’est à cause de Scott Schuman alias The Sartorialist que j’ai ces envies de trench incongrues. Ce blogueur ultramodeux, « désigné comme l’une des 100 personnalités les plus influentes de la Mode par le Times » (c’est en première page de son site, rien de mieux que l’autopromo), poste chaque jour des photos de looks croisés à New York, Paris, Milan… qui lui ont plu ou l’ont marqué. Récemment, il a travaillé sur un projet avec la marque Burberry : shooter 100 personnes portant un trench ou un manteau Burberry (de façon stylée si possible). Le résultat, c’est 100 photos de vrais gens dans la rue qui ont du style en trench, qu’ils soient punk, rock, BCBG, lolita ou même non identifiés. Jugez plutôt, voici deux exemples:

The Sartorialist 1  The Sartorialist 2

Vraiment intéressant, ce blog ; même quand on ne s’y connaît pas plus que ça en mode (comme votre serviteuse), c’est amusant de voir des gens « normaux » transformés par l’œil du Sartorialist en fashion models. Et si vous rêvez de vous faire prendre en photo par le maître, suivez le guide !

Oh snap

Pour la petite histoire, le Sartorialist a une copine (eh oui, personne n’est parfait). C’est une bloggeuse comme lui, et c’est une Française ! Elle s’appelle Garance Doré, et son blog sobrement intitulé Une fille comme moi est, contre toute attente, vraiment bien aussi. Pas du tout prétentieux même si complètement mode. Bon, allez, je crois qu’il n’y a qu’une chose à faire : souhaiter beaucoup de bonheur à ces deux beautiful tourtereaux. Mais c’est bien parce que c’est la journée de la gentillesse, hein.

 

 

Repost 0
Published by Miss Malice - dans News of the world
commenter cet article

Présentation

  • : Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • Les p'tits bonheurs de Miss Malice
  • : Parce que l'ennui, vous connaissez, et que vous voulez un moyen de lutter. Parce que je ne vous laisserai pas tomber! Parce qu'avec un peu de chance, vous esquisserez un demi-sourire en parcourant ce blog. Parce que moi aussi ça m'occupe de l'écrire... Pourquoi pas?
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories